Accueil   Plan du site
Documentaires 
PORTRAITS
SOCIETE
ANIMALIER
HISTOIRE
AUTOMOBILE ANCIENNE
Documentaires > PORTRAITS

BENOITE GROULT


Documentaire " Benoîte Groult, le temps d'apprendre à vivre "

Un film documentaire écrit par Marie Mitterrand et réalisé par Jean-Baptiste Martin


52 minutes (2008) - Coproduction avec FRANCE 5, Collection 'Empreintes'



Rediffusion HOMMAGE sur FRANCE 5 en 2016 :
jeudi 23 juin 2016 à 22h00
vendredi 24 juin 2016 à 4h15

Projection CINEMA exceptionnelle à Génève (Suisse) :
mardi 18 novembre 2014

Documentaire sélectionné au FIFA 'Festival International du Film sur l'Art' de Montréal (2009 - Canada)

Extrait "Benoîte Groult"
POUR COMMANDER LE DVD ou ORGANISER UNE PROJECTION

Benoîte Groult avec son éditeur aux Editions Grasset

SYNOPSIS
 
Ecrivaine, auteure de nombreux best-sellers, symbole du féminisme depuis la parution de son fameux essai « Ainsi soit-elle » en 1975, Benoîte Groult revient dans ce film sur les grandes étapes de sa vie en martelant les valeurs et les clefs qu’elle veut transmettre aux jeunes générations pour être une femme libre, équilibrée et épanouie, comme elle à 88 ans.

Ayant vécu avant l’avènement du droit de vote pour les femmes en 1945, avant la libéralisation des moyens de contraception et de l’avortement, ayant connu une vie de femme intense, veuve, puis divorcée et enfin remariée, mère de trois filles, le féminisme de Benoîte Groult s’appuie sur son expérience personnelle.

Femme d’écrits et femme d’action, Benoîte Groult s’attaque avec humour et franchise au déterminisme social masculin qui dévalorise les femmes, et participe à la reconstruction de la place des femmes dans la société. Elle dénonce les mutilations sexuelles féminines dans le monde, mais aussi en Europe, et milite pour que les femmes disposent librement de leur corps.

Malicieuse, énergique, en phase avec son temps et son âge, Benoîte Groult dénonce aujourd’hui l’ostracisme qui affecte la vieillesse et promeut le droit de mourir dans la dignité.

Ce film illustre la manière dont Benoîte Groult conjugue ses deux grandes passions, la mer et la littérature.
Juré du Prix ‘Fémina’, elle se consacre pleinement à l’actualité de la vie littéraire, tout en poursuivant sa carrière d’écrivaine.
Sans cesse en voyage, Benoîte Groult parvient à séjourner régulièrement dans ses maisons au bord de la mer en Bretagne et dans le Var, et maintient la tradition de se rendre en Irlande à l’époque des grandes marées pour s’adonner exclusivement à la pêche.


Benoîte Groult à Paris au Musée Rodin

Benoîte Groult chez elle en Bretagne


En Irlande, dans le Kerry, Benoîte Groult passe ses journées à pêcher pendant la période des grandes marées


En Bretagne


copyright Monique Pelletier - Grasset

Article "Les femmes dans le monde" extrait de LE MONDE du 07.03.09
* 40 milliards d'heures : c'est le temps passé au cours d'une année par les femmes d'Afrique subsaharienne pour chercher de l'eau : l'équivalent d'une année entière de travail de la population active française. (Fonds de développement des Nations unies pour la femme, Unifem)
* Les femmes assurent les 2/3 des heures de travail dans le monde et ne perçoivent qu'un dixième des revenus. (ONU)
* 70 % des 130 millions d'enfants non scolarisés dans le monde sont des filles. Il n'est donc guère étonnant que 64 % des 867 millions d'adultes qui ne savent pas lire aujourd'hui soient des femmes. (Banque mondiale, Programme des Nations unies pour le développement)
* 21 % : C'est l'écart de salaire moyen entre hommes et femmes dans le monde . Cet écart est de 17,4 % dans l'Union européenne, de 27 % en France . Il est de 15 % pour les PDG américains, à secteur et taille de firmes comparables en 2008. (Commission européenne, Observatoire des inégalités, Corporate Library)
* Les femmes représentent 8,8 % des membres des conseils d'administration dans les entreprises du CAC 40. (Capitalcom)
* 60 % de femmes dans le gouvernement finlandais. La Finlande est le seul pays de l'Union européenne qui compte plus de femmes que d'hommes au gouvernement. Le pays européen qui compte le moins de femmes ministres est la Hongrie (6,25 %). La France arrive en cinquième position (41,18 %). Le taux moyen, pour les 27 pays de l'Union s'établit à 25,5 %. (Fondation Robert-Schuman)
* 18,4 % de femmes parlementaires dans le monde. En Union européenne, le taux moyen est de 24 % dans les 27 Parlements nationaux. La Suède est au premier rang (46,70 %), Malte au dernier (8,7 %). La France se classe 24e , (18,54 %). (Unifem, Fondation Robert-Schuman)



Benoîte Groult par elle-même

Benoîte Groult, si elle était morte à trente ans, serait une inconnue dans le monde littéraire. C'est l'âge, en effet, auquel elle publia son premier roman, écrit en collaboration avec sa sœur Flora : "Le journal à quatre mains" paru en 1963.
Avant cette date, elle fut sagement professeur de latin et de littérature dans un cours religieux pour jeunes filles, puis journaliste à Radiodiffusion française, mais sans manifester d'ambitions particulières ni d'activité créatrice dans aucun domaine, au grand regret de sa mère Nicole Groult, sœur de Paul Poiret et qui avait créé sa propre maison de couture, et de son père, le décorateur André Groult.

Un veuvage précoce en 1946, un remariage, suivi d'un divorce en 1951, une union avec l'écrivain Paul Guimard, qui paraît durable (trente-cinq ans, trois enfants), des émissions pour Paris Inter (bulletins d'informations, etc.), tout cela lui sembla apparemment suffisant pour remplir vingt ans de sa vie avant de songer à publier quelques uns de ses textes qui dormaient dans ses tiroirs: ses carnets de jeune fille pendant l'Occupation, entrecroisés avec ceux de sa sœur cadette, Flora.
Le succès immédiat de ce récit romancé encouragea les deux sœurs à récidiver et à écrire ensemble deux autres romans.

Mais le déclic qui devait transformer l'écrivain féminin en écrivaine féministe ne s'était pas encore produit. Au point que c'est sous le nom de Benoîte Guimard, patronyme de son mari, qu'elle traduisit dans les années 1950 les nouvelles américaines de Dorothy Parker.

Le vrai virage de sa carrière se situe en 1975 avec la publication d'"Ainsi soit-elle". Mi-pamphlet, mi-tableau de la condition féminine. Le féministe latent mais jamais clairement exprimé dans ses quatre romans précédents devait trouver, au cours des recherches historiques auxquelles l'auteur se livra, l'occasion de se structurer.
Les innombrables et si diverses manifestations de l'oppression du Deuxième Sexe un peu partout dans le monde, à toutes les époques et dans la majorité des civilisations et systèmes religieux, allaient ainsi fonder un militantisme pour la cause des femmes qui ne ferait que croître et embellir avec les années.

A partir de ce moment, elle s'associe à tous les combats féministes : lutte pour la contraception puis la dépénalisation de l'avortement, création avec un collectif de femmes noires du Groupe pour l'abolition des mutilations sexuelles en Afrique, etc., militant selon les moyens dont elle dispose, essais, éditoriaux, conférences, colloques à l'étranger, etc.

Jusqu'en 1985, le féminisme est bien supporté en France. Chaque maison d'édition s'honore de créer sa propre collection d'écrits de femmes et sur les femmes. Porté par ce courant favorable, "Ainsi soit-elle" se vendra à plus de 800000 exemplaires et sera traduit en allemand, en espagnol, en italien, en portugais, en hébreu, en croate, en japonais...

Mais à partir de 1985, la vague de féminisme reflue, victime d'une réaction de rejet, surtout en France. Les hommes l'estiment déplacé et nuisible, les femmes n'osent plus l'afficher. Il est vrai que les principales batailles sont gagnées, du moins sur le papier. Mais les comportements suivent difficilement.

Un signe patent, parmi d'autres, de cette résistance passive : le refus de féminiser les noms des nouveaux métiers que les femmes exercent aujourd'hui, surtout quand il s'agit de fonctions prestigieuses réservées jusqu'ici aux hommes.

La commission de terminologie pour la féminisations des noms de métiers, de grades et de fonctions créée par Yvette Roudy, la ministre des droits de la femme, sous le gouvernement Fabius, composée de grammairiens et de sociolinguistiques et présidée par Benoîte Groult, visait à recommander des formes acceptables pour le public et grammaticalement correctes.
Mais elle apparut dans les médias, qui retrouvaient là un de leurs sujets de raillerie favoris, comme un ramassis de pétroleuses et de bas bleus qui cherchaient à enjuponner le vocabulaire et s'arroger le droit exorbitant de toucher à la langue française, bastion du pouvoir culturel masculin.
Des audaces  telles qu'avocate, sculptrice, une ministre, députée, écrivaine apparurent comme un crime de lèse-majesté, au mieux grotesque, en tout cas inacceptable (dixit l'Académie française, composée à l'époque de messieurs-dames et retournée aujourd'hui à sa pureté originelle).
Cependant, l'usage semble peu à peu accepter ces formes nouvelles.

Mais Benoîte Groult n'abandonne pas pour autant le roman. Après "Les Trois quart du temps", en 1983, évocation de trois générations de femmes, un titre récent, "les Vaisseaux du cœur", en 1988, une histoire d'amour passion entre un marin-pêcheur breton et une intellectuelle parisienne qui refuse de se sentir pécheresse. Un livre où l'on découvre que le féminisme le plus convaincu ne débouche pas forcément sur une impasse mais ouvre au contraire la voie à bien des épanouissements. 

En 2006, son roman "La touche étoile" remporte un grand succès populaire et littéraire.

Son autobiographie "Histoire d’une évasion", écrite avec l’intervention de Josyane Savigneau, publié en 1997 est rééditée en 2008 sous le titre "Mon évasion".



Accueil CasaDei Productions - Documentaires - F.Mitterrand/JB.Martin - Films Institutionnels - Cinéma - Actualités - Presentation - Contact / Vente DVD - Liens - Solidarité
© Casadei-Productions