Accueil   Plan du site
Documentaires 
PORTRAITS
SOCIETE
ANIMALIER
HISTOIRE
AUTOMOBILE ANCIENNE
Documentaires > SOCIETE

EQUITHERAPIE A PARIS


Documentaire "Poneys D'Enfert, l'équithérapie au coeur de Paris"

Un film documentaire écrit par Marie Mitterrand et Bruno Aguila


Réalisé par Bruno Aguila



26 minutes (2007) - Coproduction EQUIDIA



* Diffusion TV sur EQUIDIA: le 7 octobre 2009 à 21h45 à l'occasion du 10è anniversaire de la chaîne


L'équithérapie à Paris aux Poneys d'Enfert: un cheval, un patient, un équithérapeute, un soignant et un accompagnant, un travail en équipe.

SYNOPSIS
 
Découvrez la magie et l’émotion d’un centre d’équithérapie pour polyhandicapés situé en plein Paris, une équitation adaptée au handicap. Ce club équestre, pionnier il y a vingt cinq ans au moment de sa création, est toujours précurseur car il doit innover pour accueillir une population particulièrement souffrante sur le plan physique et/ou psychologique et améliorer la vie de ces personnes grâce au cheval.

A la fois portrait du thérapeute qui anime le centre,  Jean-Luc Aniorte et des deux adorables doubles poneys, Elliott et Julie, et journal quotidien de la vie de ce centre d’équithérapie qui reçoit des enfants et adultes présentant des handicaps très divers, ce documentaire propose une vision originale, pointue et variée de la pratique de l’équithérapie.

PRESENTATION
 
Le poney-club de l’avenue Denfert-Rochereau à Paris est en premier lieu original parce qu’il se trouve en plein cœur de la capitale française. Le passant serait bien étonné d’apprendre que des chevaux vivent derrière ces hauts murs, à quelques mètres de l’Observatoire, dans un domaine associatif consacré aux personnes polyhandicapées. Installé là depuis 1981, la longévité de ce poney-club démontre à elle seule son utilité dans un espace urbain dense.
 
Si la thérapie via un cheval voit le jour en France à partir du début des années 1970 grâce à une poignée de thérapeutes, sa diffusion est restée longtemps confidentielle. Ce centre équestre parisien dédié uniquement à l’équithérapie fait alors figure d’établissement pionnier au milieu des années quatre-vingt avec ses six chevaux et ses deux éducateurs, même s’il apparaît aux réfractaires comme une simple distraction ou un luxe proposés aux handicapés.
Ce centre fonctionne aujourd’hui à plein régime grâce à un thérapeute et à deux double poneys, il s’adresse à des personnes très fragiles, enfants et adultes, particulièrement abîmées sur le plan physique et mental. S’il existe aujourd’hui quelques clubs de ce genre en France, celui-ci se distingue grâce à son statut de centre pilote.
 
Chaque séance avec un patient relève du spectaculaire pour un observateur extérieur car il s’agit d’accompagner à cheval une personne extrêmement démunie sur le plan physique et/ou psychique, et de lui permettre de recevoir des soins, grâce au cheval, adaptés à sa pathologie avec l’aide de l’équithérapeute, de l’aide médico-psychologique et souvent d’un psychologue.
Monter à cheval pour un polyhandicapé, c’est une ‘aventure’ : en dehors l’empathie habituelle que vit tout cavalier, la monte est pour des handicapés une proximité complexe à établir avec un animal, une position surélevée par rapport aux gens ordinaires et un ‘déséquilibre’ nouveau à maintenir. De nombreux problèmes psychologiques ou physiques s’expriment d’ailleurs lors des séances, parfois même violemment. Ainsi les patients trouvent dans cette thérapie à la fois un dérivatif à leur handicap ou à leur mal-être, un apaisement et une émancipation.
 
A l’origine de ce club, il y a une kinésithérapeute et un éducateur, cavaliers tous deux, qui imaginèrent à juste raison que l’assiette spécifique à la monte à cheval permettrait à des gens très atteints de pratiquer des exercices impossibles sur des appareils de rééducation. L’importance de l’éveil psychosensoriel et éducatif, et de la relation au cheval ne sont venus que plus tard dans le processus. Les résultats furent très vite convaincants et pérennisèrent  la démarche.

Aujourd’hui, le succès est considérable, et, en plus des personnes polyhandicapées, des populations très différentes d’enfants et d’adultes parisiens se succèdent sur les deux montures : des autistes, des non-voyants, des trisomiques, des enfants victimes de maltraitance, des enfants psychotiques.
 
L’homme orchestre qui dirige seul le quotidien de ce club est Jean-Luc Aniorte : équithérapeute expérimenté, soigneur attentif et gestionnaire rigoureux.
C’est lui qui a choisi et dressé les deux doubles poneys, Eliott et Julie. Jean-Luc Aniorte prend soin de Eliott et Julie chaque jour, et il a su s’entourer de spécialistes novateurs dans leur domaine pour leur apporter un grand confort de vie malgré un travail éprouvant : vétérinaire, ostéopathe, éthologue. Eliott et Julie bénéficient de périodes régulières de repos au pré, calées sur les vacances scolaires.
 
Eliott et Julie sont des chevaux particuliers, investis d’une mission remarquable : ils nous permettent de comprendre l’apport spécifique du cheval à l’enfant ou à l’adulte souffrant, agissant comme un véritable médiateur thérapeutique et s’adaptant à sa manière à la fragilité des êtres qui les montent.


Cliquez pour agrandir
Article dans le Nouvel Obs TV du 22 novembre 2007

POUR COMMANDER LE DVD ou ORGANISER UNE PROJECTION

Temps de repos pour les doubles-poneys Julie et Elliot.


L'approche du cheval: Jean-Luc Aniorte, l'équithérapeute en charge du centre, sert d'intermédiaire entre le patient et le cheval.


Jean-Luc Aniorte aide un enfant à se placer en selle.


Etablir le contact entre la personne et le cheval pour obtenir une détente du corps et de l'esprit.


L'équithérapie commence au sol au travers d'une relation complice qui se noue avec le cheval, grâce aux soins de pansage par exemple que le cavalier peut prodiguer au cheval.

Accueil CasaDei Productions - Documentaires - F.Mitterrand/JB.Martin - Films Institutionnels - Cinéma - Actualités - Presentation - Contact / Vente DVD - Liens - Solidarité
© Casadei-Productions