Accueil   Plan du site
Documentaires 
PORTRAITS
SOCIETE
ANIMALIER
HISTOIRE
AUTOMOBILE ANCIENNE
Documentaires > SOCIETE

IVG / AVORTEMENT ou accueil de la vie


Documentaire "Avortement ou Accueil de la vie"

Un film documentaire écrit par Marie Mitterrand


Réalisé par Jean-Baptiste Martin



55 minutes (2004) - Coproduction KTO



POUR COMMANDER LE DVD ou ORGANISER UNE PROJECTION

SYNOPSIS

Loi Veil  du 17 janvier 1975 :  Art. 1er. - La loi garantit le respect de tout être humain dès le commencement de la vie. Il ne saurait être porté atteinte à ce principe qu'en cas de nécessité et selon les conditions définies par la présente loi.

Qu’est-ce qu’une IVG, Interruption Volontaire de Grossesse ?

Ce film y répond en dressant un état des lieux de la réalité de l’avortement en 2005, trente ans après la loi Veil.

Avec un historique, des témoignages à visage découvert de femmes et de couples ayant vécu un avortement, les interventions du député Alain Terrenoire, de l'avocat Maître Jacques Vergès, du Cardinal Philippe Barbarin et de plusieurs médecins pratiquant quotidiennement des avortements, ce film permet de mieux comprendre l’avortement et la contraception en France, en présentant côte à côte des "pro" et des "anti" avortement qui apportent chacun leur part de vérité et d’expérience. 

Ce film évoque aussi les solutions alternatives qui existent pour les femmes en situation difficile qui souhaitent poursuivre une grossesse imprévue, en séjournant par exemple dans un centre maternel ou en confiant leur enfant en vue d’une adoption.

En se plongeant dans la complexité du psychisme des femmes face au don de la vie et grâce à la participation de nombreux témoins et d’intervenants de tous bords, le film fait le point sur la liberté des femmes face à la grossesse et sur la place des plus faibles dans notre société.
 
INTERVENANTS
 
* Martin Winckler,  médecin généraliste, pratiquant des I.V.G, grand connaisseur de la contraception et romancier à succès (« La maladie de Sachs »).

* Alain Terrenoire, ancien député de droite ayant participé en 1974 à l’élaboration de la loi Veil.

* Maïté Albagly, du Mouvement Français pour le Planning Familial ;

* Le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon ;

* Maître Jacques Vergès, avocat ;

* Le docteur Marie-Laure Brival en charge des I.V.G. (Maternité des Lilas)

* Des gynécologues obstétriciens qui s’interrogent face à leur pratique des IVG ;

* Des témoignages de femmes et d’un couple ayant vécu douloureusement un avortement ;

* Des élèves d’un lycée parisien et le docteur Jean-Louis Bavoux ;

* Le Centre maternel Samarie avec les jeunes mères Ella et Aurore;

* Les associations Agapa et Mère de Miséricorde ;

* L’œuvre d’adoption Les Nids de Paris.
 
PRESENTATION DU FILM
 
Loi Veil  du 17 janvier 1975 :  Art. L. 162 – la femme enceinte que son état place dans une situation de détresse peut demander à un médecin l’interruption de sa grossesse.
 
Si les femmes sont les premières concernées par l’avortement, c’est pourtant l’affaire de tous : les hommes, la famille, le personnel médical et social.
 
Il y a 220 000 avortements chaque année en France (dont 10 000 avortements pratiqués sur des jeunes filles mineurs), soit 1 avortement pour près de 4 naissances. C’est un chiffre stable depuis une vingtaine d’années.
Statistiquement, une femme sur deux en France subit un avortement dans son existence, car chaque femme connaît en moyenne une grossesse non désirée et l’interrompt une fois sur deux.

En France, il y a 13,8 IVG pour 1000 femmes de 15 à 49 ans.
Il existe en Europe une grande disparité selon les pays. Les taux d’avortements les plus élevés s’observent dans les pays nordiques et les pays de l’Est (50 IVG pour 1000 femmes en Russie), où les méthodes de contraception sont peu répandues.
Parmi les pays de la CEE, l’avortement n’est pas autorisé en Irlande, au Portugal et en Pologne; en revanche la législation nationale permet l’IVG jusqu’à 22 semaines de grossesse en Grande-Bretagne, aux Pays Bas et en Catalogne ; jusqu’à 16 semaines en Suède, et 10 ou 12 semaines dans les autres pays.
Avec des structures d’âges comparables, la France (13,8), la Suède, la Norvège et le Royaume Uni présentent des taux plus élevés que l’Espagne, l’Allemagne, les Pays Bas qui ont moins de 10 IVG pour 1000 femmes.
D’après l’Organisation Mondiale de la Santé, il a 65 millions d’avortements dans le monde chaque année.
 
Si la loi Veil en 1975 n’a pas produit d’augmentation significative des IVG, la diffusion plus large d’une contraception médicalisée et efficace n’a pas non plus permis une diminution du nombre d’avortements, soit plus de 6 millions depuis trente ans.
 
En 2001, la loi Aubry a libéralisé le dispositif de la loi Veil : le délai légal maximum de l’IVG est prolongé de 10 à 12 semaines de grossesse, l’entretien préalable devient facultatif et les mineures n’ont plus à fournir obligatoirement une autorisation parentale.
L’IVG connaît aujourd’hui encore des problèmes dans la pratique avec des délais d’attente de 4 à 5 semaines pour une méthode médicamenteuse ou instrumentale et des disparités selon les établissements et les régions.
 
Jusqu’à 5 semaines de grossesse, l’IVG peut être pratiqué par le mode médicamenteux. Au-delà de ce délai et jusqu’à 12 semaines de grossesse, l’IVG est réalisé par aspiration, avec une anesthésie locale ou générale.
 
Instabilité sentimentale ou professionnelle, précarité économique, problème psychologique ou médical, la vie n’est pas simple pour de nombreuses femmes enceintes, et beaucoup renoncent en se décidant à avorter. La société offre une réponse légale avec l’IVG et propose une solution à court terme à un problème social.
Pourtant, bien que l’IVG soit présentée comme une liberté pour les femmes et soit très encadrée sur le plan médical, l’avortement reste toujours une pratique traumatisante, même si la plupart des femmes se censurent au moment de l’acte.
Certaines femmes avortent sans état d’âme ; d’autres hésitent, sont ambivalentes ; beaucoup ressentent après une IVG une vive douleur morale.
 
C’est pourquoi lorsque des femmes enceintes subissent des pressions familiales ou sociales, il est important de les soutenir pour qu’elles décident librement de poursuivre ou non leur grossesse. Car si une grossesse non-désirée peut mener à un enfant mal accueilli par ses parents, voir à des problèmes de maltraitance, de nombreuses femmes ou couples ont réussi à aller jusqu’au bout d’une grossesse au départ imprévue en surmontant les obstacles qui paraissaient infranchissables. Cette force de vie donne une chance au bonheur pour un enfant et ses parents, et dans le cas de l’adoption, pour l’enfant et sa famille adoptive.
 
 
NOTE D’INTENTION de l’auteur et du réalisateur
 
Nous appartenons à une génération pour laquelle la contraception et l’avortement sont libres d’accès et ne constituent plus des combats à mener, et nous n’avons pas vécu personnellement un avortement.
Pourtant ce thème de l’avortement s’est imposé à nous comme une nécessité.
Mal connu, l’avortement reste un tabou, c’est un devoir d’en parler, voilà une des choses sur laquelle les « pro » et les « anti » IVG présents dans le film sont d’accord.
 
S’il ne s’agit pas de remettre en cause la loi Veil, notre volonté dans ce film est d’infléchir le déterminisme de notre société qui mène à l’avortement pour faire baisser le nombre des avortements, toujours aussi élevé en France trente ans après l’adoption de la Loi, en offrant une information objective sur la réalité de l’IVG.
Une prise de conscience pourrait permettre aussi une meilleure diffusion de l’éducation sexuelle et de l’information sur la contraception auprès des jeunes et des moins jeunes pour éviter des grossesses  involontaires, et pourrait donner aux femmes enceintes qui hésitent à garder l’enfant des solutions concrètes pour l’accueillir même si c’est difficile.


Martin Winckler, médecin et romancier


Témoignage de Virginie qui a vécu une IVG



Cliquez pour agrandir
Ella et Aurore, jeunes mères à la Maison Samarie avec leurs enfants



Cliquez pour agrandir
Maître Jacques Vergès



Cliquez pour agrandir
Alain Terrenoire dans l'hémicycle de l'Assemblée Nationale

Accueil CasaDei Productions - Documentaires - F.Mitterrand/JB.Martin - Films Institutionnels - Cinéma - Actualités - Presentation - Contact / Vente DVD - Liens - Solidarité
© Casadei-Productions