Accueil   Plan du site
Documentaires 
PORTRAITS
SOCIETE
ANIMALIER
HISTOIRE
AUTOMOBILE ANCIENNE
Documentaires > HISTOIRE

RAISSA ET MIKHAIL GORBATCHEV, UN GRAND AMOUR


Documentaire "Raissa, Souvenirs d'un grand amour"

Un film documentaire de Frédéric Mitterrand


83 minutes (2000) - Coproduction FRANCE 2



POUR COMMANDER LE DVD ou ORGANISER UNE PROJECTION

SYNOPSIS

Mikhaïl et Raïssa Gorbatchev se sont intensément aimés, depuis leur rencontre (étudiants à Moscou en 1952) jusqu'à la mort de Raïssa survenue en Allemagne en septembre 1999.
S’appuyant sur une longue interview du Président Mikhaïl Gorbatchev, ce récit à base de tournage et d’archives nous replonge dans l’histoire romanesque du couple comme dans l’histoire politique de l’Union Soviétique.


Comment ont-ils pu vivre une telle passion, protéger leurs sentiments et en retirer la force nécessaire pour demeurer intimement unis à travers une fabuleuse ascension qui fera d’un jeune paysan de la Russie du Sud, un chef tout puissant de l’empire soviétique, et de son épouse la première First Lady de l’Est, à pouvoir rivaliser avec ses égales occidentales tout en exerçant une influence décisive sur l’évolution de la condition féminine dans son propre pays ?
 
Et comment ont-ils traversé le déclin et la chute de leur puissance à travers une succession d’événements dramatiques qui les a soudés encore plus l’un à l’autre tout en affectant gravement la santé de Raïssa au point de précipiter sa mort prématurée ?
 
Ambition et complicité, patience et confiance réciproque, idéal et poésie, grandeur et tragédie font de ce grand amour singulièrement fervent l’unes des histoires de cœur parmi les plus émouvantes de notre siècle.

INTENTION du réalisateur

Pour « Mikhaïl et Raïssa, souvenirs d'un grand amour », Frédéric Mitterrrand s’est lancé dans un travail de recherche approfondi, s’est rendu sur les lieux où vécut le couple, a rencontré de nombreux témoins.

Ce récit devrait permettre de mieux connaître la vérité de ce couple exceptionnel et de pénétrer d’une manière encore inédite dans les cercles du pouvoir soviétique au temps de leur toute puissance.

REPERES CHRONOLOGIQUES 

* 1931 :  Naissance de Mikhaïl Sergueïevitch Gorbatchev à Privolnoïe dans une famille paysanne passée au communisme.
 
* 1933 :  Naissance de Raïssa Maximova Tilorenko dans une famille de l’ancienne petite bourgeoisie aux attaches sibériennes.
 
* 1954 : Etudiants à l’Université de Moscou, Mikhaïl et Raïssa se marient mais doivent attendre encore deux ans avant de pouvoir vivrent ensemble.
 
* 1956 : Ils s’installent dans la province natale de Mikhaïl à Stavropol. Mikhaïl monte lentement dans la hiérarchie du parti local, il est premier secrétaire de Komsomol. Raïssa devient professeur de philosophie. Bientôt, naissance de deux filles.
 
* 1978 : Retour à Moscou. Mikhaïl occupe une position désormais très élevée dans le parti, il devient membre du Politburo. Raïssa soutient une thèse de doctorat qui fait sensation.
 
* 1984 : Mikhaïl est considéré comme le numéro 2 du parti. Voyage en Grande-Bretagne avec Raïssa où leurs personnalités éveillent de grands espoirs.
 
* 1985 : Mikhaïl devient Secrétaire Général du parti. Les grands voyages de séduction en Occident commencent, toujours avec Raïssa qui exerce une grande influence et fascine les médias. Fin de la guerre froide et détente internationale.
 
* 1991 : Putsch manqué de Moscou. L’URSS se désagrège. Mikhaïl démissionne. Fortement commotionnée par la succession dramatique des événements, Raïssa subit une première attaque de la maladie.
 
* 1999 : Transportée en Allemagne, sur les conseils d’Helmut Kohl, Raïssa est soignée pour une leucémie aiguë. Son mari est à son chevet lorsqu’elle meurt. Il décide de lui faire des obsèques religieuses. Souvent critiquée dans le passée par l’opinion russe, Raïssa est unanimement saluée avec émotion par toute la société qu’elle a contribué à faire évoluer. Mikhaïl exprime un chagrin  inconsolable.

PRESENTATION par Frédéric Mitterrand

Raïssa Maximouna Gorbatchev, épouse de l’ancien président de l’URSS, est morte le 20 septembre 1999 dans un hôpital de Munster en Allemagne. Mikhaïl Sergeïevitch Gorbatchev et leur fille Irina étaient à son chevet.
D’innombrables messages de sympathie en provenance du monde entier leur sont parvenus et le chancelier Schröder s’est rendu à l’hôpital de Münster pour présenter ses condoléances à l’homme d’Etat manifestement accablé par le chagrin.

L’émotion est profonde en Russie où la Première Fisrt Lady de l’histoire soviétique avait pourtant été largement critiquée; il semble que ses dernières années passées en retrait de la vie politique et sa fin brutale aient fait mesurer favorablement son rôle au cours de la période de transformations radicales qui entraînèrent la disparition de l’URSS et lui ont finalement donné une popularité dont elle n’avait pas bénéficié du temps où elle jouait un rôle politique prééminent auprès de son mari.

Les premiers jugements de la presse Russe et les témoignages recueillis auprès de la population de Moscou insistent sur les qualités humaines et morales de la disparue et même les reproches concernant son omniprésence dans les media et un comportement perçu comme trop occidental, en rupture avec l’effacement traditionnel des épouses des dirigeants soviétiques, laissent la place à un sentiment général de fierté et de reconnaissance pour l’image moderne qu’elle aura donné des femmes russes.

Le Président Elstine, lui-même adversaire et rival triomphant de Mikhaïl Gorbatchev a tenu à rendre personnellement hommage à celle qu’il avait pourtant traitée sans ménagement lors de la démission de son mari le 25 décembre 1991 en mettant fin brutalement aux privilèges relatifs dont elle disposait.

Bien que Raïssa Gorbatchev ait adopté au long de sa vie la ligne politique de l’athéisme officiel avec encore plus de détermination que l’ex-premier secrétaire au parti communiste, Mikhaïl et Irina Gorbatchev ont décidé de lui faire des obsèques religieuses, selon ses propres volontés. Cette ultime manifestation d’un caractère réputé pour sa détermination n’a surpris que ceux qui voulaient ignorer les évidentes aspirations spirituelles d’une femme imprégnée de culture traditionnelle russe.
L’inhumation aura lieu au cimetière du monastère novodievitchï de Moscou où sont enterrées d’éminentes personnalités de la Révolution et du régime soviétique telles que Molotov, Gromyko et Kroutchev, mais aussi Tchekov, Gromyko et Chaliapine dont le régime communiste n’a jamais pu réellement récupérer la mémoire.
Mikhaïl Gorbatchev, que les caméras de télévision ont filmé errant désemparé dans les rues de Münster ces dernières semaines, s’est abstenu de toute déclaration mais sa fille a précisé qu’elle s’installerait désormais auprès de son père avec ses enfants et reprendrait les activités de sa mère à la Fondation Gorbatchev qui se consacre à des missions d’observation politique et d’action caritative.

Mikhaïl et Raïssa Gorbatchev se sont rencontrés à Moscou au début des années cinquante, alors qu’ils étaient étudiants. Il était issu d’une famille de paysans de la région de Stavropol, au pied du Caucase et avait obtenu le privilège d’étudier à la capitale en raison de son militantisme dans l’organisation de jeunesse communiste du Kom et de l’excellence de ses résultats scolaires.

Elle venait d’une famille d’origine bourgeoise et son père cheminot appartenait à l’élite du prolétariat dans un pays où les chemins de fer furent longtemps la seule réponse au défi des grandes distances.
L’un et l’autre avaient largement souffert des séquelles de la grande famine des années 30, de l’invasion allemande et de la terreur stalinienne, le père de Raïssa ayant notamment été envoyé au goulag tandis que sa femme et ses enfants survivaient misérablement dans un wagon de marchandises abandonné dans une gare de Sibérie.

La scolarité également exceptionnelle de la jeune fille explique qu’elle ait eu aussi accès à l’Université de Moscou. Ils étudiaient le droit, l’économie et la philosophie marxistes et partageaient l’existence, la gêne et les divertissements austères de leur génération.
Il semble que Raïssa, meurtrie par une première aventure sentimentale avec le fils d’un général dont la famille l’avait refusée en raison de sa situation sociale jugée inférieure, ait mis un certain temps avant d’accorder sa main à Mikhaïl Gorbatchev qui en revanche, en était tombé amoureux dès leur première rencontre dans un bal d’étudiant.

Ils durent attendre près de deux ans pour vivre ensemble après leur mariage tant leurs conditions d’existence matérielle étaient alors précaires. Ils vécurent ensuite durant près de 25 ans à Stavropol où Mikhaïl gravissait peu à peu les échelons du parti communiste local et où Raïssa enseignait à l’université.

Bien que très éloigné du centre du pouvoir soviétique, le territoire de Stavropol est l’un des greniers à blé d’une économie soviétique où le problème agricole n’a jamais trouvé de solution satisfaisante, et abrite plusieurs stations thermales et de villégiature que fréquentait l’élite du régime.
Mikhaïl devenu premier secrétaire du Parti à Stavropol et Raïssa remarquée par une thèse de sociologie sur la société russe, alors que cette discipline était alors considérée avec méfiance, surent attirer l’attention de visiteurs aussi puissants que Leonid Brejnev, Mikhaïl Souslov ou Youri Andropov prélude à leur retour à Moscou et l’ascension vertigineuse de Mikhaïl au sein du comité central.

Il est avéré que l’accession au pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev au pouvoir suprême en 1985 fut bien le résultat d’une ambition commune et d’une entente sentimentale et intellectuelle profonde avec son épouse à tel point qu’ils étaient autant le partenaire et le meilleur ami l’un de l’autre que mari et femme.
A cet égard, Raïssa Gorbatchev joua un rôle essentiel dans l’affirmation publique de la volonté réformatrice de son époux, tandis que son charme et son élégance fascinaient les medias et l’opinion internationale au cours de visites officielles à l’étranger à l’impact spectaculaire.

L’effondrement de l’URSS, le putsch manqué d’un quarteron de bureaucrates conservateurs à Moscou et les journées de réclusion que subit le couple dans sa datcha de Foros sur la Mer Noire, la retraite et l’exil intérieur au sein d’une société en pleine ébullition, où le couple subît désillusions et humiliations de toutes sortes, ont certainement affecté plus gravement Raïssa que Mikhaïl.

Sa fin brutale laisse ouverte l’énigme d’un amour de près de cinquante années qui aura résisté aux aléas dramatiques d’une histoire ayant changé la face du monde.



Mikhaïl et Raïssa Gorbatchev




Raïssa Gorbatchev


Frédéric Mitterrand

Accueil CasaDei Productions - Documentaires - F.Mitterrand/JB.Martin - Films Institutionnels - Cinéma - Actualités - Presentation - Contact / Vente DVD - Liens - Solidarité
© Casadei-Productions